De temps en temps

De temps en temps, ma plume insomniaque prend le chemin du clavier en pleine nuit..

 

De pensées fluides en méandres sans fin, les mots viennent. Des fois tout seuls, des fois accompagnés de frénésie, les mains allant des fois plus lentement que la tête…

 

Voilà ce que ça a donné, il y a de cela quelques nuits. Bien sûr, rien à voir avec mes écrits en voie de publication, mais c’est ça aussi, aimer écrire…. le faire.

 

D’un geste de laisser-aller, elle bascula la nuque vers l’arrière… ses cheveux lâchés  rejoignaient son dos et ne ressemblaient plus à l’ordre convenu.

 

D’un doigt, elle repoussa une mèche voulant s’incruster dans son champ de vision.

 

Elle se pencha sur son écran, religieusement, avec la volonté de mettre des mots sur la vie et sur ses sentiments, sur elle, sur ce qui fait son monde. Inventer un nouveau monde s’il le fallait.

Elle entreprit d’écrire. Peine perdue. Ses pensées étaient sous hypnose.  Ses mains ne lui obéissaient plus. ECRIS, leur dit-elle. En vain.

 

Elle se perdit dans les vapeurs de sa tasse de thé. Se noya, au moins trois fois. Puis revint à elle et se mit au clavier. Pour rien.

 

Puis, une image lui traversa les yeux, transperça sa tête et se fixa sur son coeur. La même que d’habitude. La puissance du cygne, l’élégance des flammes et les couleurs de l’enfer.

 

Les lettres formèrent à nouveau des mots. Les sons devinrent ce qu’ils sont de mieux: un écho de ce que doit être le bonheur. Le fluide d’un alphabet si apprécié revint. . . Elle réscussitait.

 

Ce n’était pas un phoenix, puisqu’elle n’était point morte. Mais faut-il être mort pour revivre…?

 

Elle ne le savait pas, elle ne savait rien, en fait. Rien. Du tout.

 

Etait-ce cela le secret de la vie ? Ignorer…

 

La seule chose qu’elle savait était qu’elle trouverait la réponse un jour. Peut-être à sa mort. Peut-être avant. Mais qu’elle chercherait cette réponse jusqu’au fin fond des abysses de la mémoire humaine.

 

Elle craqua une allumette, alluma une bougie et laissa la flamme la transporter, sans savoir où elle mènerait. Le mystère est une des passions que la vie ne peut pas nous enlever…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s