Le virtuel et moi… Et nous.

Je sais, j’écris peu. Mais il n’en reste pas moins que parfois, j’ai des choses à dire.

Nous vivons à une époque connectée. Je n’aime pas les objets connectés en tous genres mais je suis bien utilisatrice de mon smartphone.

J’apprends à mes enfants la prudence sur le net. Du moins, mon Homme et moi faisons notre possible pour qu’ils soient conscients des dangers. On est des geek gamers ici. Le virtuel, ça nous connait. C’est pour ça qu’on insiste. Et il y a des ratés car cumuler adolescence, interdits et prudence, c’est pas inné.

Mais là, c’est d’adultes dont je veux parler.

Je me suis inscrite il y a un mois dans une communauté en ligne. Le point commun ? Toutes des femmes, maman pour la plupart, voulant parler sans tabous. Forcément, ça a parlé de cul, de mecs, de nos problèmes quotidiens. J’ai bien ri. Souvent.

Et là, un jour, je leur dis que mon ex me gave. Sans autres détails. Juste comme ça. Un peu comme si j’étais rentrée après une dure journée de boulot.

Et on m’a demandé des détails. Pluuuuus de détails. J’ai refusé, en évoquant mon droit de ne pas tout dire devant 1300 inconnus, sur le net.

Du coup, les frustrées de la psycho de comptoir ont dit que sans détails, mon histoire n’existait pas. Que je DEVAIS tout dire sinon j’étais mythomane.

C’est moche la vie par procuration.

J’ai quitté la communauté.

Je ne dois rien. Si je vous écris, que vous me suivez, que je partage des fois des pans de vie… Ça ne veut pas dire que je vous invite à être mes colocataires et à tout savoir de ce qui se passe dans ma vie, ma cuisine ou ma chambre à coucher.

Les consignes que je donne à mes enfants, je les suis aussi. Pas toutes car je suis adulte. Mais j’en suis.

Il y aurait pu avoir un ex dans ce groupe, ou sa nouvelle copine. Ou sa mère. Et là, en donnant des détails précis en public, chose que ces dames exigeaient, j’aurais été punissable par la loi.

J’aime partager avec vous. Certains contacts virtuels (mon Homme par exemple) sont devenus mes plus belles rencontres.

Mais dites-vous que de nos jours, n’importe qui peut se cacher derrière un écran. Donner des détails à 1300 personnes, c’est et ça restera irresponsable.

Et je ne le suis pas.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le virtuel et moi… Et nous. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s