Et un jour, l’humanité la saisit.

Elle s’était juré de faire pareil. Elle aussi, se noyer dans la foule et la meute. Elle aussi, d’apprendre le partage. Elle avait juré. C’était tellement au-dessus de ses forces qu’elle ne tenu même pas une nuit. À l’échelle humaine, on pouvait parler d’environ trois semaines. C’était tellement peu et si long à la fois. C’était trop. Elle avait atteint ses limites ultimes. Elle avait compris du même coup ce qu’elle voulait pour sa vie, son avenir…

Elle s’était trouvée dans cette épreuve. Elle avait retrouvé la foi, mais pas en lui. En elle. Elle croyait à la vie, à ce qu’elle pouvait en faire.

Elle avait juste besoin de couper ces chaines qui l’avaient tant meurtries ces dernières heures. Elle n’aurait jamais cru avoir la force de faire ça. Vraiment. Pourtant… ce soir là, elle regarda ses ailes… monta de nouveau au sommet de cet arbre. Il sentait sa force, son énergie.

Elle ferma les yeux, implora la nature entière de le laisser dans son existence, un jour… avec l’humilité dont il saurait faire preuve et le recul vital qui lui serait nécessaire pour revenir avec un rôle moins central, moins destructeur, moins impliqué… moins noir… À ce moment là, du haut de son arbre, elle vit une silhouette qu’elle ne connaissait pas mais dont elle était sûre de l’existence. Elle l’avait ressenti depuis quelques temps mais n’avait pas encore pu prouver qu’elle avait raison. Le loup noir. Effrayant mais protecteur. Il était là, dans l’ombre, avec ce regard qui glaçait le sang autant que le coeur… pourtant elle savait qu’il ne lui ferait pas de mal. Il guettait mais n’était pas oppressant. Il avait sa part d’ombre même en pleine lumière. Il restait là, obscur aux yeux de tous. Il se dévoilait en cette minute, comme pour lui dire « je suis là, ne foire pas ».

Elle savait qu’elle devait le faire. Ce n’est que comme ça qu’elle serait enfin en paix avec elle-même. Pourtant, ce pas comportait un risque énorme: la vie. Elle voulait apprendre la vie. L’humanité. La mort, peut-être. Elle voulait sentir cette vie dans chaque veine. Ce risque d’aimer. Ce souffle de feu lors des peines. Ce froid qui la saisirait en hiver. Cette neige qui lui causerait des frissons. Ce soleil dont il faudrait se protéger car elle ne pourrait plus s’en faire un allié. Elle voulait pouvoir tomber malade, pour le bonheur de se soigner. Elle voulait avoir peur pour ceux qu’elle aime. Tout ce qui fait de la vie une épreuve quotidienne autant qu’une montagne de petits bonheurs qui, côte à côte, feraient d’elle une femme accomplie. Et non une fée. Une femme, fière d’en être une.

Un craquement d’allumette. Elle savait que le feu ne la brûlerait pas mais emporterait ses ailes.

Du haut de cet arbre, elle sauta. Une dernière fois. Chaque mètre la rendait plus humaine. Chaque mètre, elle ressentait un peu plus fort la chute. Chaque mètre la rendait vivante. Si vivante… Elle s’affranchissait.

Quelques mètres avant le sol, elle se rendit compte que son coeur battait. Que la peur la saisissait. Elle pouvait mourir. Elle était humaine. Elle devenait elle-même. Est-ce que l’impact lui ferait mal ? Est-ce qu’elle se tuerait ? Une larme tomba de son oeil gauche en direction du sol. Combien de temps avait-elle mis à l’atteindre… elle ne le savait pas.

Elle ferma les yeux. Compta…

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21 bordel c’était long. 22. 23. 24. 25. 26. 27. 28….

28. Pourquoi ce chiffre, avait-il un sens ? Elle s’arrêta de compter en atterrissant sur une aile. Une plume blanche. À deux centimètres du sol. Encore une fois, elle n’avait pas vécu l’impact. On l’avait rattrapée au vol. Sauvée ? Peut-être.

Humaine. Enfin. Tout ça pour commencer à croire aux anges…

 

 

Publicités

2 commentaires sur « Et un jour, l’humanité la saisit. »

  1. Dieu sait à quel point je suis critique et difficile dans mes choix de lecture…cette histoire entre la fée et le loup m’avait bouleversée et je l’ai suivi du début à la fin….mais cette fin….mais cette fin!!! poignante, émouvante, surréaliste! je n’ai pas lu les mots, ni même les phrases…j’ai vu chaque image, ressenti chacune de ses émotions, j’ai voulu rattraper cette petite fée pour la protéger!..une fin magique, par une écrivain à l’imagination et aux doigts rempli de pouvoirs magiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s