Impuissance…

On parle souvent de la puissance des mots, ceux qui touchent, ceux qui blessent, ceux qui tuent et ceux qui réconcilient… ceux qui sont capable de réparer un coeur tout autant que de le détruire, ceux qui font office de pansement, ceux qui ne semblent qu’inutiles, ceux qui sont futiles et idiots, ceux que l’on n’aurait pas du dire, ceux qu’on a pensés trop fort… Il y a aussi ceux qui se font douceur dans l’oreille d’un enfant, réconfort dans celle d’un ami… ceux qu’on aurait du envoyer dans la tête de certains plus fort qu’un coup de feu, ceux qu’on a tirés trop vite, ceux qui ne resteront que dans notre tête et ceux qui changent de direction à chaque coup de tête et coup de coeur, ceux qui sont si constants qu’ils en deviennent obsédants… ceux qui meublent notre avenir et ont hanté notre passé, ceux qui représentent un serment ou une promesse, ceux qui sont vides de sens… tous ces mots qui sont les nôtres, les leurs…

Parle-t-on aussi de ceux qui sont impuissants ? ceux que l’on osera pas dire par peur qu’ils ne servent à rien tant la peine est grande ? ceux que l’on remplace des fois par un mot doux ou même un petit dessin car l’on a peur de ne pas être assez sincère…

Ce soir, je me sens vide d’utilité devant la peine. Je ne sais pas quoi dire, pas qu’envoyer comme mot. Comme si le vide avait pris plus de place et de sens que les paroles et mes écrits, qui pourtant n’en sont en principe pas dénués. Je sais que certaines peines sont nécessaires et des fois inévitables de par leur essence même, mais… c’est si dur de ne rien pouvoir faire.

Ce soir, j’ai envie de vous dire que je ne sais pas. Que des fois ces mots ont leur limite, que des fois il faudrait un regard, un signe, un nuage ou le cycle de la lune pour transmettre une énergie que mon clavier ne pourra pas dégager, pas transmettre… Pourtant, ce soir, c’est là où j’aurais tant voulu pouvoir dire ceux qui auraient été utiles et aimants. C’est raté… mais je transmets ce ratage ici pour que ça soit lu et qui sait, peut-être que ces mots auront un écho et un but qui seront reconnus, au lieu de ceux que je n’ai pas su dire à temps, ceux qui ont été maladroits ou de trop.

Je finirai cet article ciblé par trois petits points « … » ce qu’il y a de bien avec ces petits points, c’est qu’on peut les emporter sous son oreiller… Image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s