Chacun sa méthode…

Moi, j’attends que les mots me prennent et ne me lâchent plus. Oh bien sûr pour ça, il faut écrire un peu chaque jour… et ne pas leur faire croire qu’on les oublie.

 

Ces jours, le retour de la muse fait qu’ils me font fourmiller les doigts… qu’ils râlent que je n’écris pas assez vite pour les suivre.

 

Mais attendez-moi ! Attendez-moi… ne fuyez pas. Je vous attrape au vol, je vous présenterai au papier, vous allez très bien vous entendre.

Comment ça, je joue les marieuses ?! Et alors, c’est mal ?

 

Ce 2ème roman brûle ma tête. Encore plus que le 1er. Bien plus que le 1er.

 

Le premier se faisait essai, test de mes limites personnelles. Je ne les ai pas trouvées. Cette fois les mots vont plus loin. Ils cherchent le frisson, ils agacent l’épiderme et vont jusqu’à modifier le rythme cardiaque. Même le mien. Hé oh, les mots, on est chez moi ici ! Faudrait pas abuser !

 

Et toi, la muse, là… Tu ne pourrais pas une fois m’inspirer un texte calme, posé, sans excitation d’esprit ni vagabondage de coeur ? Non ?

Comment ?

Tu dis que cela ne me ressemble pas et que je devrais m’écouter ?

Ah. Voilà autre chose. Qu’est-ce que c’est irritant quand tu as raison..

 

Les pages se noircissent, l’histoire est en route. Elle court en espérant sa fin… quelle drôle d’idée.

 

Un jour elle arrivera à vous.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s