Défibrilateur ! On va la perdre !

Est-ce que ça se soigne, une muse ?

Imaginez un instant la scène.

 

Une ambulance. Des gens qui s’affairent autour d’un brancard.

Une arrivée en trombe devant la porte des urgences.

– Oui ? C’est pour quoi ?

– Accident grave. Personne impossible à identifier.

– Mais.. il n’y a personne sur ce brancard. Vous avez fumé quoi ?

– Si si ! C’est une muse ! Ne me dites pas que vous n’en avez jamais vu ?

– Une… muse ?!

– Oui ! Inculte ! Arrêtez de palabrer et allez chercher de quoi la soigner. Si on la perd, c’est des milliers de mots qui vont mourir avant même d’être nés.

 

Peut-on poser un pansement sur une image de muse vacillante ? Peut-on la soigner ? Comme un cataplasme de mots, qu’on poserait doucement sur ce qu’elle représente, afin de lui insuffler ce qui lui manque d’énergie pour qu’elle revienne en forme…

 

Je vais essayer. Si ça marche, je vous dirai. Car une muse malade, il n’y a rien de pire. Bien sûr elle est toujours là. Mais malade. Donc soufflant des mots qui ne sont pas ceux qui correspondent à sa joie habituelle.

 

Allez. Avec moi. Créez un pansement… Elle ira bientôt mieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s