Muse, amuse-toi

D’aucuns diraient que ce n’est qu’une illusion de la vie.. prétendre avoir une muse, ou même plusieurs.

 

Les mêmes seraient ceux qui diraient que le talent et l’illumination ne suffit pas à faire rêver, que le travail prime sur tout, même si l’enchantement disparaît au profit du nombre de ventes…

 

D’aucuns rêveraient d’avoir une once d’idée dans la tête, un peu de pied sur un bout de nuage. À la place ils se contentent de regarder le ciel et se plaindre de rester sur Terre…

 

Si vous avez la chance d’avoir une muse, moi, j’en ai deux. Inouïe chance de la vie.

 

Une muse qui m’inspire traits, dessins et images… et une qui me dicte mes mots à mes heures perdues.

 

Muse, amuse-toi… Amuse-toi encore à traverser ma tête, pour qu’elle lâche prise et couche sur papier les mots sans réfléchir à leur cohérence réelle… fais-les danser une fois encore sur mon clavier.

 

Muse peut être amitié, image ou inspiration.. mais pourvu qu’elle reste..

 

Chercher le paradis toute une vie, ne fait pas partie de mes aspirations. Trouver un bout de ce paradis dans mon quotidien, rien qu’en fermant les yeux ou en coloriant la vie de ces arc-en-ciels littéraires… là est un plaisir auquel pour rien au monde je ne renoncerais.

 

Ces projets me brûlent les doigts, le jour où le picotement s’atténuera, je laisserai les mots atteindre le clavier. Là je les bride un peu, par peur qu’ils ne m’avalent et ne m’attirent vers le fond de mes pensées. De temps en temps, j’ouvre un de leurs cachots, pas lugubres pour un sou, éclairés et même pas fermés à clé… et là, c’est la magie qui revient, se réveille et fait que l’on croit aux rêves et aux pas qu’il faut parcourir pour qu’ils avancent avec nous.

 

Leur libération est proche, je le sens, et là cela sera le début de deux nouvelles aventures, qui commencent doucement pour le moment, avec la laisse que l’on met aux idées et rêves qui vont trop vite…

 

Bientôt  à vous, ils sont miens pour l’instant. Le partage est proche, le temps que ma tête l’accepte et laisse libre cours à la suite. La suite de moi. La suite des mots. La suite de ces douces idylles que sont la folie et l’inspiration.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s